AccueilStory

Pourquoi des ostréiculteurs cachent-ils des petits mots dans leurs huîtres ?

Publié le

par Robin Panfili

Un leurre en papier afin de piéger les voleurs d’huîtres, il fallait y penser.

Pourquoi des ostréiculteurs cachent-ils des petits mots dans leurs huîtres ?

© Reuters/Alexandre Minguez

Comme si le dérèglement climatique ne suffisait pas, depuis plusieurs années maintenant, les ostréiculteurs français doivent composer avec les vols et les petits larcins. À la nuit tombée, ou en pleine journée, des malfaiteurs viennent vider les parcs à huîtres afin de les revendre à la sauvette ou dans des circuits parallèles.

Alors, il a fallu innover et redoubler d’imagination pour les dissuader. Il y a d’abord eu les rondes de gendarmes, les survols des forces de l’ordre en hélicoptère, puis la vidéosurveillance, les détecteurs de mouvements et, plus récemment, les puces GPS intégrées dans les poches à huîtres. Mais, dans le Languedoc, l’ostréiculteur Christophe Guinot a eu une autre idée.

Après s’être fait dérober trois tonnes d’huîtres, il a décidé de glisser dans quelques-unes de ses huîtres (vides) une petite étiquette avec le message suivant : "Vous avez gagné votre poids en huîtres !" Un numéro de téléphone est inscrit en dessous du message, afin que l’heureux gagnant puisse venir récupérer son lot, rapporte Reuters. Or, ce message est un leurre.

Ce petit message, glissé à l’intérieur d’une coquille vide, est un moyen d’identifier les lots d’huîtres chapardés. Si ledit vainqueur n’a pas acheté ses huîtres chez Christophe Guinot, c’est qu’il se les est procurées ailleurs. La gendarmerie est alors alertée et peut se mettre à la recherche des voleurs. Cette technique, qu’il emploie depuis 2016, a depuis inspiré plusieurs autres ostréiculteurs français, dit L’Indépendant.

Et il semblerait que la méthode, en plus d’être peu onéreuse, soit efficace. Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, aucun vol n’est survenu dans la région en 2020, contre une vingtaine en 2017. Ni pour les huîtres classiques, ni pour les célèbres huîtres en forme de cœur de Christophe Guinot.

À voir aussi sur food :